Éditer cette page

Ventilation et qualité de l'air



En suivi à la directive du ministère de l’Éducation, le Centre de services scolaire de la Beauce-Etchemin a procédé aux tests sur la qualité de l’air en mesurant la concentration de dioxyde de carbone (CO₂) dans l’ensemble de ses établissements. | Lire le communiqué complet ici | 23 mars 2021

CONTEXTE

Le dioxyde de carbone (CO₂) est un composant naturel de l’air que nous respirons. C’est un gaz incolore, inodore et ininflammable produit par des processus métaboliques (la respiration, par exemple) et la combustion de combustibles fossiles. La concentration moyenne de CO₂ dans l’air extérieur est de l’ordre de 300 à 400 parties par million (ppm).

Les humains, en raison de leurs activités, produisent du CO2 en expirant. En contexte scolaire, comme tous les élèves d’une classe émettent du CO₂, les concentrations sont plus élevées que celles mesurées à l’extérieur. De plus, dans le contexte pandémique actuel, il est d’autant plus important de maintenir un bon apport d’air frais. Ainsi, les tests de qualité de l’air visent à déterminer si des mesures correctives sont nécessaires. Le ministère de l’Éducation souligne que les concentrations de CO₂ en dessous de 1500 ppm sont acceptables, mais vise une cible de 1000 ppm.


RÉSULTATS PAR ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE





SOMMAIRE POUR L'ENSEMBLE DES ÉTABLISSEMENTS

    





FOIRE AUX QUESTIONS



Analyse de la qualité de l'air dans les établissements scolaires

R : Un rapport du groupe d’experts scientifiques et techniques publié en janvier 2021 par le ministère de la Santé et des Services sociaux indique que le taux de CO₂  est un bon indicateur pour déterminer si l’apport d’air frais dans un environnement intérieur est suffisant pour le bien-être des occupants. Le contexte pandémique, le retour en classe des élèves à l’automne et la saison hivernale ont également soulevé certaines préoccupations. Le ministère de l’Éducation a donc émis une directive auprès des centres de services scolaires afin qu’ils effectuent des analyses de la qualité de l’air dans l’ensemble des établissements.

R : Pour chacune des classes testées, les taux de CO₂ ont été mesurés à trois reprises durant une période de cours : avant le début du cours, au milieu du cours et avant la fin du cours. Il est également demandé aux responsables de la mesure d’ouvrir la fenêtre pendant 20 minutes avant de prendre la troisième mesure (les classes ventilées naturellement).

R : Les tests devaient être effectués dans quatre à dix classes représentant bien l’ensemble du bâtiment, en intégrant une classe par type de classe identifié. Dans certains cas nécessaires, plus de classes ont été testées.
 
Le type de classe fait référence à la configuration des classes, soit l’orientation par rapport au vent et au soleil, l’étage sur lequel elle se trouve, le nombre de fenêtres, le type de ventilation, etc., et aux occupants de la classe (niveau scolaire, nombre d’occupants, etc.). L’échantillonnage pouvait se faire dans d’autres locaux de l’école, mais au moins quatre classes devaient être testées dans chaque bâtiment.

R : Il existe deux modes de ventilation dans les établissements scolaires : le système de ventilation mécanique et le système de ventilation naturelle.

Les écoles fonctionnant avec une ventilation naturelle utilisent des ouvertures existantes telles que les fenêtres et les portes pour faire circuler l’air frais. 

Les établissements dotés d’un système de ventilation mécanique possèdent un système de télégestion centralisé qui assure la ventilation d’air. À noter que les écoles dont certains locaux n’ont pas de fenêtres ouvrantes sont ventilées par un système mécanique.

R : Il est démontré que l’ouverture des fenêtres, des portes et des vasistas (s’il y a lieu) est une mesure efficace pour favoriser la circulation d’air de part et d’autre d’un bâtiment. Il est donc recommandé de :
 
Ouvrir les fenêtres et la porte avant le début des classes, à la récréation le matin, à l’heure du dîner, à la récréation de l’après-midi et à la fin des classes;
Conserver une ou quelques fenêtres entrouvertes pendant la période du cours si la température le permet; 
Maintenir les portes de classes ouvertes ainsi que les vasistas (petites fenêtres dans le haut d’un mur ou au-dessus d’une porte) ouverts le plus souvent possible.

R :  Les établissements où certains locaux n’ont pas de fenêtres ouvrantes sont ventilés par un système mécanique. Ceux-ci font l’objet de vérification et d’entretien en continu par des équipes spécialisées. L’ouverture des portes et des vasistas est également une bonne pratique permettant d’améliorer la circulation de l’air pour ces locaux.

R :  Selon les données scientifiques dont nous disposons actuellement, les purificateurs d’air ne sont pas nécessaires pour les locaux concernés. Cependant, les directives d'ouverture des fenêtres et des portes seront renforcies et devront être appliquées comme mentionné. D’autres tests seront effectués dans ces établissements pour assurer la régularisation de la situation. Des tests de contrôle seront également réalisés annuellement.